Plaisir coupable… dans une tasse!

L’automne pour moi rime avec rage de sucre. Je ne sais pas pourquoi, si c’est parce que c’est le temps des pommes ou des citrouilles, mais je rage de sucre souvent en fin de soirée (peut-être finalement que c’est la routine qui finit par rentrer dedans et j’ai besoin d’un boost d’énergie pour survivre au reste de la soirée, tsé au moins jusqu’à 21 h).

Pour apaiser ces rages de sucre, j’ai découvert et je suis tombée en amour avec les fameux gâteaux dans une tasse. C’est vite fait, ça donne une portion satisfaisante et, bien important, ça donne de la variété et un risque de gaspillage pratiquement nul.

Mon petit bijou d’allaitement

Vous lisez ce titre et vous vous demandez pourquoi vous n’avez jamais entendu parler de ça. Eh bien, c’est ce que je me suis dit la première fois que j’ai lu sur la compagnie la Joie en Rose. J’aimerais vraiment vous faire connaître cette merveilleuse entreprise d’ici.

Suite à mon allaitement qui a été… hummmmmm… compliqué, j’ai fait la connaissance de Karine Lajoie et de ses bijoux d’allaitement, par le biais d’un article sur Facebook.

Simple comme bonjour, nous passons notre commande sur son site. Ensuite, nous recevons une enveloppe avec tout le nécessaire pour envoyer notre « précieux » sans problème. Nous pouvons suivre l’évolution des commandes sur son site et il ne nous reste plus qu’à attendre.

À mes amis sans enfant

Chers amis,

Vous n’avez pas d’enfant. Par choix. Par dépit. Parce qu’un a décidé « pas maintenant » ou l’autre « jamais ». Ça dépend.

Vous aimez les enfants. Même si des fois vous n’êtes pas à l’aise. Même si vous préférez ceux des autres. Ou les miens.

Je le vois que vous aimez les miens.

Grossesse : 5 choses que j’adore versus 5 que j’aime moins

Ahhh la grossesse et ses ondes de variation extrême! On en vit des émotions quand on est enceinte, n’est-ce pas?! Voici 5 choses que j’adore pendant la grossesse versus 5 que j’aime moins.

Ah les poussées de croissance!

23 h tapant, mon p’tit poulet, qui dort depuis 8 h, se réveille en pleurant et en hurlant. Je peux vous dire que ça réveille sur un pas pire temps. Je cours jusqu’à son lit. Je me demande dont ce qui se passe. Il est semi-éveillé, mais hurle et pousse ses pieds dans son matelas. Bobo aux jambes maman. Ah non! Pas une autre crise de poussée de croissance qui commence…

Instinct de survie

Dans mon ancienne vie, j’aimais prendre un bon grand verre de jus d’orange chaque matin. Si je n’avais pas eu le temps de déjeuner à la maison, je me devais d’arrêter au dépanneur pour m’en acheter une bouteille avant d’arriver au bureau. J’appréciais le goût sucré de cette boisson et elle faisait partie d’un petit déjeuner complet, à mes yeux.

Pensées d’une prof en congé de maternité

Cette année, comme l’an passé, je vois aller mes collègues à préparer leur rentrée, à planifier leur année pour repartir du bon pied. Effectivement, retrait préventif et congé de maternité m’ont obligée à quitter un peu le monde de l’enseignement pour mieux y revenir l’an prochain. Le fait d’être sortie du milieu m’a permis de constater à quel point je m’investissais corps et âme dans ma classe. Comme tous les enseignants, j’aime rendre mes élèves heureux. Chaque année, je décore ma classe pour que mes élèves s’y sentent bien et soient contents d’y passer leurs journées. Sans compter les heures investies, je passe un temps fou à planifier « THE » projet pour émerveiller les 25 petites vies que j’ai la chance de voir grandir à nouveau. J’aime les déchiffrer ces petites vies. J’aime les comprendre et les aider à avancer et c’est ce qui me motive chaque matin à entrer dans ma classe avec le sourire aux lèvres. Pourtant, en voyant les petits poulets de mon quartier se rendre à l’école cette semaine, j’ai eu un petit pincement au cœur.

Femme avec famille, voyageant seule…

Je suis assise dans l’avion, sur le chemin du retour, direction Québec. Je n’ai pas été à la maison pendant 10 jours. Je pense à ma petite famille que j’ai hâte de revoir. Je n’étais aucunement stressé de laisser mes filles, car elles étaient entre de bonnes mains avec leur super papa. 

Le paradis est à Rawdon!

Il y a deux mois, j’ai réalisé que mon taux de stress avait nettement augmenté. Je me suis donc donné comme défi d’écrire un article que j’allais (oui, oui je parle au passé) appeler: comment redevenir zen…

J’avais pourtant toutes les meilleures intentions du monde: j’ai commandé et porté mon chandail « Namasté caliss » d’Ana Roy et j’ai décidé d’ESSAYER de prendre plus de temps pour moi. Comme par magie, TöK Communications ont dû sentir que je suis une femme occupée (je suis la fondatrice de La Maman Poule, salut!!) et m’ont offert une journée ainsi qu’un soin à La Source Bains Nordiques!

L’arrivée d’un deuxième enfant, ça peut bien aller

Poussinette, je vais te dire la vérité. J’avais peur de ton arrivée. Peur que tu chamboules le peu d’équilibre que peut avoir construit une famille avec un garçon de 2 ans et demi, un papa sur un shift de nuit à temps plus que plein, une maman avec un travail de jour, des amis qu’on veut voir, la famille aussi, le ménage et la frénésie générale de la vie qui va trop vite. J’avais peur parce que tout ce que je lisais sur l’arrivée « du deuxième », c’était toujours teinté de cynisme et même de découragement.  Des textes complets sur toutes les choses qui ont changé et qui sont plus difficiles lorsqu’un deuxième enfant s’immisce dans une famille. Tous les textes finissaient en disant que l’amour se multiplie, comme pour faire oublier le shitload de négatif que l’auteure avait balancé avant.