Personnellement, je trouve que nous sommes toutes des « supers mamans ». On essaie chaque jour de jongler entre la garderie, notre boulot, les repas, le ménage, les commissions, les rendez-vous, etc.…  Mais il y a aussi les SUPER super mamans! C’est le cas de mon amie Catherine.

Mon amie Catherine est maman de deux petites poulettes. Son aînée qui a six ans est atteinte d’amyotrophie spinale. On donne le nom d’amyotrophie spinale (AS) à un groupe de maladies génétiques héréditaires caractérisées par la faiblesse musculaire. Elle s’attaque aux cellules nerveuses qui contrôlent les muscles volontaires et entraîne leur destruction.

Sa grande se déplace en chaise roulante électrique, car elle ne peut pas marcher. En fait, elle ne s’est jamais tenue debout, car elle en est incapable à cause de sa maladie. Parfois, je nous entends chialer, nous les super mamans, que nos enfants sont rendus à leur vingtième rhume de la saison et qu’on est à boute. Effectivement, c’est vraiment tannant et décourageant, message venant d’une hypocondriaque comme moi! Par contre, pour mon amie Catherine, quand sa fille attrape un rhume, c’est beaucoup plus stressant. En fait, ce petit rhume bien banal pour la plupart des enfants peut devenir assez dangereux pour elle, voire même la faire hospitaliser. Cette charmante demoiselle doit souvent se rendre à plusieurs rendez-vous médicaux. Ça fait partie de sa vie et de celle de sa maman aussi. J’ai une grande admiration pour mon amie Catherine. Je l’ai vu pleurer qu’une fois par rapport à la maladie de sa fille et c’est quand elle l’a apprise. Je ne l’ai jamais revue pleurer. Je ne dis pas qu’elle n’a jamais pleuré par rapport à cela par la suite, mais je ne m’en suis jamais rendu compte. Sa fille, qui est maintenant rendue à 6 ans, est la petite fille la plus souriante que je connaisse. Toujours enjouée, ricaneuse et avec une de ces joies de vivre! Mon amie Catherine est une inspiration pour moi. Ça aurait tellement été facile de s’apitoyer sur son sort, d’être négative et de déprimer. Mais non. C’est tout le contraire. Cette petite demoiselle a la chance d’avoir une maman ayant de grandes aspirations pour sa fille et une façon de voir la vie tellement de façon positive, malgré les embûches que la vie lui a mises sur son chemin.

C’est certain que d’avoir une maman si positive et présente, fait en sorte que sa grande agit comme sa maman. Catherine, tu n’as jamais abandonné et ne t’es jamais apitoyée sur ton sors en lien avec la maladie de ta fille. J’imagine parfois que ton cœur est gros par rapport à tout ça, mais chose certaine c’est qu’il est rempli d’amour. Tu ferais tout pour ta chaire. Reste comme tu es, car tes filles ont la chance d’avoir une « super » super maman.