En août prochain, mon fils fera ses premiers pas à la maternelle. Le même mois, ma fille ouvrira pour la première fois les portes de l’école pour prendre part à la classe de passe partout. SHIT que ça va VITE! J’ai l’impression que c’était hier que nous partions en amoureux accoucher de ces beaux enfants.

Avec le recul, je réalise que j’aurais pu prendre plus de temps avec eux, brusquer un peu moins leur routine, profiter des petits riens. Alors, comme plusieurs, j’ai été interpellée par le livre d’Élisabeth Simard « Vivre Simplement ». Le contenu de ce livre se veut un petit guide pratique pour amorcer un virage vers la simplicité. Bien sûr, il est question de désencombrement, d’achat minimaliste, de cuisson de pain et de fabrication de produits nettoyants. Mais là où il me fait de l’œil ce livre, c’est dans son invitation à prendre son temps, à prendre LE temps. Bien sûr, je ne me mets pas la tête dans le sable. Je sais trop bien que la vie va vite dans ma base cour. Somme tout, je me surprends à avoir envie d’essayer. C’est pourquoi j’ai décidé de me mettre au défi et de faire le choix remodeler nos habitudes familiales, question de ne pas pleurer ma vie lorsque mes petits partiront pour le cégep.

Depuis que j’ai en ma possession le premier livre d’Élisabeth, je lis quelques pages ici et là lorsque la vibe de la vie de famille me le permet et peu à peu, certains changements s’opèrent. Nos horaires atypiques nous laissent souvent peu de temps pour souffler. Mais lorsque nous sommes posés dans le confort de notre maisonnée et que la vie nous envoie une petite accalmie, pourquoi ne pas en profiter? Prendre le temps, oui c’est aller se tremper les orteils au Mexique en famille, mais c’est aussi choisir de fermer la télé et sortir manger ses toasts sur le balcon. Nous savons tous que le bonheur se trouve dans les petites choses, mais il m’arrive de ne pas les trouver tout de suite ces petites choses, puisque je suis parfois trop bien organisée et structurée. Ce bouquin m’invite donc à prendre un pas de recul et à regarder l’ensemble et non seulement ce que j’ai sous le nez.

Nous sommes une famille de notre temps : je blogue, j’achète en ligne, je flirt sur Facebook et Instagram, une partie de mon travail se fait via le Web et que voulez-vous, je suis accros à «This is us», mais pourquoi mes enfants devraient être eux complètement de ce temps? Malgré le fait que je sois déjà conscientisée à cette réalité, j’ai envie de faire un pas de plus. Suis-je vraiment obligée de surveiller mon fil d’actualité dès mon réveil? Mon fils est un lève-tôt (très tôt). Ces moments nous permettent souvent de nous mettre à jour et de nous coller. Depuis un certain temps, j’en profite pour lire à ses côtés, il est curieux de mes lectures et tout simplement, on échange. De temps à autre, il fait comme moi et feuillette un livre à son goût. Mine de rien, on prend le temps d’être et on est un peu plus loin des technologies. J’ai la chance de vivre en campagne, notre terrain de jeux est immense et le brouhaha des voitures bien loin de ma porte, alors lorsqu’ils sont prêts, les enfants vont dehors escalader les butes et faire du vélo. Depuis que je leur accorde ce privilège, ils sont beaucoup plus coopératifs et moins surexcités. Ils bougent et découvrent leur univers d’enfants bien loin de la « Pat Patrouille ». Certains matins, ils se mouillent ou se salissent, mais que voulez-vous, ce sont des enfants!

Il appartient à chacun de nous de faire de petites choses pour faire en sorte que la famille devienne l’aventure la plus extraordinaire qu’il soit!