Facebooktwittergoogle_pluspinterestmail

Non, je ne les fais pas garder. Pourquoi? La réponse est simple… je suis juste pas capable! Là-dessus, je suis la déesse de la maman poule incarnée!

J’ai tellement de la misère à les laisser, ça pas de sens. Et là, je vous entends déjà me dire que je les laisse à la garderie toute la semaine. Bien voilà! Toute la semaine! Pis quoi, faudrait que je les refasse garder le vendredi soir et le samedi toute la journée? Non merci!

Tu me dis : « Pis ton temps en amoureux, lui? » Et je te réponds que mes enfants se couchent tôt et habituellement (je touche du bois), ça va bien et aux alentours de 20 h, ça dort à poings fermés. Si on fait le calcul, ça nous donne 2 h grosso modo à mon chum et moi. On donne une go pour les tâches qui restent et après, on fait ce qui nous passionnent tous les deux : on Netflixe (oui, c’est un nouveau verbe que j’ai soumis à l’office québécois de la langue française). On plie du linge aussi en même temps, notre salon est vraiment beau à voir. Alors, dis-moi, pourquoi aller louer une chambre à 200 $ pour aller Netflixer dans des draps blancs? Moi, sérieux, ça ne me tente pas. Pis manger au resto, bien mon chum est intolérant au gluten (j’en parle ici) alors les restos sont pas mal bannis. Donc, en gros, nos sorties se font avec la marmaille.

Tu me dis : « Mais si t’as une soirée obligatoire, du genre mariage ou party de Noël, qu’est-ce tu fais, la mère? » Je te réponds que je demande à ma mère ou au fils d’une de mes meilleures amies. Mais je ne suis quand même pas bien dans mon corps quand je fais ça. C’est très difficile à expliquer, mais ça me chicote. À mon party de Noël, j’avais demandé au fils de mon amie et je m’étais arrangée pour faire souper les enfants à 16 h 30, comme ça pas de bouffe pendant qu’on n’est pas là, donc moins de risque d’étouffement (allo la folle!). J’ai aussi décidé de donner congé de bain (pas besoin de vous dire pourquoi, vous devez commencer à comprendre ma personnalité maintenant). Bref, tout était prêt, restait les pyjamas à mettre. Et on n’est pas revenu tard (moi oui, mais pas mon conjoint).

Vous pensez peut-être que je ne pense pas à moi ou que je m’empêche de sortir, mais moi, je me sens bien là-dedans. J’ai beaucoup de temps avec mon amoureux et nous en sommes très satisfaits. Les sorties qu’on se permet incluent souvent nos enfants. Nous aimons les trimbaler, que ce soit chez des amis, à l’épicerie ou au centre d’achat. Un jour, quand ils seront plus vieux, ils refuseront de nous suivre et je suis sûre que ça va me faire de la peine. Donc d’ici ce temps-là, ils nous suivent partout…ou presque!

 

GENEVIÈVE T.

Facebooktwittergoogle_pluspinterestmail