C’est ce genre de matin où, dans ton ancienne vie qui n’est pas si lointaine, à avoir feelé de même, tu aurais certainement callé malade. Quand ça fait 2 nuits que tu ne dors presque pas, que tu fais de l’insomnie, de la fièvre, que tu grelottes, que tu as mal à tout ton corps en entier, ça se peut bien que tu veules caller malade en te levant. Mais quand tu es Maman de 3 beaux garçons en bas de 4 ans et qui ne vont pas à la garderie, ça se peut aussi que tu ne puisses pas.

C’est ce genre de matin où tu te dis que tu as sûrement trop étiré ton élastique jusqu’à ce que tu entendes « POUF ». La p‘tite mère super active (sur le bord hyperactive) que tu es n’a pas écouté son corps et a exagéré.

C’est ce genre de matin où tu te dis que tu vas te reprendre et te reposer quand tu en auras l’occasion.

C’est ce genre de matin où tu te demandes si ce ne sont pas que tes hormones qui sont déréglées. Il ne faut jamais, au grand jamais, sous-estimer leur capacité!

C’est ce genre de matin où tu réalises que tu as un poupon de 3 mois, un bambin de 22 mois et un garçon de 3 ans et que ça te demande beaucoup d’énergie.

C’est ce genre de matin où tu y vas une heure à la fois.

C’est ce genre de matin où tu as de la misère à mettre un pied devant l’autre. T’sais, la journée où tu te demandes comment tu vas faire pour passer au travers. Il n’est que 5 h 50, misère! Ta tête tourne, tu as la nausée, tu te sens faible, mais une petite voix t’appelle : « Mamannnnn », d’un ton tout doux. C’est ton fils qui se réveille et veut sortir de sa bassinette. En arrivant dans sa chambre, ses grands yeux trop heureux de te voir mettent un baume sur tes bobos.

C’est ce genre de matin où tu réalises qu’être Maman, c’est un énorme don de soi.

T’arrive-t-il de te sentir comme ça, toi? Que fais-tu pour chasser les nuages et retrouver tes forces de Super-Maman?

*Je vous rassure : 2 jours après avoir écrit ce billet, après en avoir parlé et avoir dormi une bonne nuit de sommeil, ça allait déjà beaucoup mieux. Il faut en parler quand ça ne va pas!