Je prévois toujours le pire, comme ça, je ne suis jamais déçue. J’imagine toujours la pire catastrophe.

Je suis tombée enceinte, je croyais avoir une grossesse super difficile. Finalement, à part quelques petits pépins comme du diabète de grossesse contrôlé et de la haute pression, rien de bien grave.

J’ai accouché, sans plan de naissance… on ne peut pas être déçue, on n’a rien planifié.

Je suis comme ça…

J’ai appliqué pour un nouvel emploi pendant mon congé de maternité. Jamais je n’aurais pensé qu’ils me choisiraient. Ils devaient m’attendre deux mois. J’ai passé mon entrevue sans stress. Et à ma grande surprise, j’ai été choisie.

Je crois bien que ma stratégie fonctionne. Je n’ai pas toujours été comme ça. Je suis quelqu’un de super anxieux. Le moindre petit changement me fait grincer des dents. Ne change surtout pas mes plans, ça m’irrite. Je devais changer. Sinon, je coulais à pic.

Ma fille a commencé la garderie cette semaine. J’avais vécu le stress de choisir la garderie, déjà. Mais là, d’aller porter mon petit lapin en sucre à la garderie. J’avais planifié le pire comme d’habitude. Les pleurs, la grève de la faim, mon bébé qui s’ennuie de moi, c’est ce à quoi je m’attendais. Mais non…

Parce que je crois dur comme fer que nous avons notre progéniture pour nous faire grandir. Qu’ils sont sur terre pour nous faire évoluer. Elle m’a choisie pour être sa maman, il y a une raison.

Ma fille s’adapte à la garderie comme une poulette dans sa basse-cour. Elle tend les bras à son éducatrice, lui fait des câlins. Elle m’oublie aussitôt qu’elle voit ses amis. Comme quoi se faire des scénarios de fou, ça rend une situation bien plus facile à traverser, et surtout à gérer.

Je deviens donc plus zen en vieillissant. Je crois. Je serai toujours une fille stressée et anxieuse. J’ai clairement besoin de routine et de me dire que tout va bien aller. Me faire croire que ça pourrait être pire. Prévoir le pire… ça fonctionne pour moi. Les gens autour de moi doivent croire que je suis négative, mais en bout de ligne, ça fait de moi quelqu’un de positif. Parce que finalement, tout se passe toujours bien. 🙂