Facebooktwittergoogle_pluspinterestmail

Avant même d’avoir un locataire dans mon bedon, je me promenais dans la section pour bébé de la librairie pour y voir les livres dans lesquels on peut écrire l’histoire de notre bébé. J’avais hâte de pouvoir y inscrire les petites choses que tu ferais. Quand perdrais-tu ta première dent? Puis, un petit poulet s’est logé là où il fallait. Je me suis « garrochée » à la librairie pour acheter ton livre d’histoire. Même ton père ne comprenait pas tellement ma folie. J’ai commencé à y remplir les pages. Je t’ai raconté de long en large ma rencontre avec ton papa, en la rendant plus romanesque pour que tu veuilles vivre un jour un aussi beau rendez-vous toi aussi. J’y ai inscrit le moment où j’ai su que tu t’étais accroché à mon ventre. J’ai harcelé ton père pour qu’il y écrive lui aussi sa réaction à l’annonce de ton arrivée. J’ai collé les photos de tes échographies en y mettant la date précise pour que tu saches. J’y ai aussi mis des photos de ta future chambre et de ma grossesse pleine de toi. Ensuite, je me suis mise à feuilleter les pages. J’avais hâte de remplir ce livre… Comme j’avais envie d’y inscrire ton début d’histoire. Je me rappelais très bien avoir lu tant de fois le livre que ma mère avait fait avec beaucoup de détails de mon enfance. Je me souvenais qu’il était dans une petite boîte secrète cachée au fond de son garde-robe et que j’allais quelquefois le chercher pour le lire. Je revoyais le pétale de rose collé provenant du bouquet que mon père avait amené à ma mère après ma naissance. Je voulais que tu puisses faire la même chose, que tu puisses lire ce récit si précieux.

Puis tu es né. Après t’avoir apprivoisé une bonne semaine, j’ai tout de suite sauté sur ton livre d’enfance pour y écrire les derniers détails. J’ai pris soin de sélectionner chacune des photos durant tes siestes. Je me suis même mise au scrapbooking pour que tu puisses avoir le plus de photos possible. Puis les mois ont passé… Le déménagement, les purées, le lavage, le ménage, les promenades en poussette, tout ça a pris beaucoup de mon temps. J’essayais, quand j’y pensais, d’écrire un petit bout de phrase ou un événement marquant genre « ta première dent ». Les dates précises du début sont tranquillement devenues des « à-peu-près ». J’ai délaissé tranquillement mes ambitions. C’est à ce moment que ta sœur s’est logée à son tour dans mon bedon. Cette fois, je ne me suis pas « garrochée » pour acheter son livre d’enfance. C’est en te cherchant un cadeau de fête pour tes 2 ans que j’ai trouvé le livre de ta sœur. Je l’ai acheté et puis je l’ai laissé sur ma table de chevet en me disant que je pourrais peut-être commencer à le remplir. Juste avant que ta sœur n’arrive, j’ai pris vos deux livres et j’ai, après 1 an, rempli la section de ta première fête. J’ai aussi écrit les essentielles dans celui de ma p’tite nana (père, mère, frère, grands-parents, oncle, tante, parrain et marraine). Puis le vide… C’est ici, mon grand garçon que je te fais l’aveu que voici : ça fait 2 ans que je n’ai rien écrit dans ton livre. Je n’ai même pas eu le temps d’y inscrire tes premières vacances ou encore les mots que tu déformais si bien. J’y mets des petites piles de photos par moment en me disant : « Bientôt je vais les coller, ça va être beau ». Mais je ne sais pas ça va être quand. Et que dire du livre de ta sœur. Il ne possède aucune photo et ta sœur, elle a déjà 2 ans!

Maintenant, c’est un troisième bébé qui s’est logé dans mon bedon. Voilà que j’en suis à 8 mois de grossesse et qu’il n’a toujours pas son livre d’enfance. Moi qui trouvais ça si important de noter les moindres événements. Voilà que je les vis à fond et que je ne laisse aucune petite trace écrite de tout ça. Il aura bien sûr son livre ce bébé-là aussi. Mais y a pas de raison de me « garrocher » à la librairie et de m’imposer tout ça. Je vous promets mes trois bambins que vous aurez des livres d’enfance aussi beaux que celui que ma maman m’a fait. Ils seront peut-être moins détaillés, mais vous y sentirez tout mon amour. Et je fais la promesse que vous les aurez quand vous saurez lire. Ben quoi?! Une fille se donne du temps.

 

MARIE-MICHÈLE A.

Facebooktwittergoogle_pluspinterestmail