« T’es ben chanceuse de ne pas prendre beaucoup de poids enceinte! ». M’a te dire une affaire : pas pentoute! J’aurais vraiment aimé prendre 40 livres et pouvoir travailler fort pour les perdre après mes grossesses. Ben non. J’ai tellement juste pris de la bedaine que maintenant, j’ai le ventre comme un pruneau desséché. La peau a été étirée à plus que son max et je n’ai aucun contrôle sur la situation. Mon ventre est une perte totale.

À ma première grossesse, j’ai pris seulement 12 livres et les vergetures ne m’ont pas épargnée. Mais je les assumais. Le bikini pis moi, on s’était remis chum pas ben ben longtemps après la naissance de mon fils. Ma deuxième grossesse a achevé le travail et mon ventre en même temps. J’ai pris à peine 20 livres et la peau a carrément brisé…  Elle est ratatinée, sans aucun tonus et irrécupérable. Pas mal plus dur à assumer. En tout cas pour moi.

J’ai repris mon poids d’avant grossesse en moins de 2 mois, mais cr*ssement pas ma shape! Elle, je ne la retrouverai jamais à moins de passer sous le bistouri. Je n’avais jamais pensé avoir recours à la chirurgie sous quelque forme que ce soit. J’ai toujours eu comme mentalité de faire avec ce que t’as. Mais là, je comprends. T’sais quand tu vas voir ton médecin qui a suivi ta grossesse pour ton rendez-vous post-partum et qu’en levant ton chandail elle te dit : « Ouffffff… Regarde les options de plastie ma belle. T’as juste 30 ans! » Elle en a vu d’autres ventres ravagés… Ça me confirme que le mien est un cas plutôt sévère. L’esthétique c’est une chose, mais c’est sans compter une importante diastase des grands droits. Ouep. Mon ventre était tellement proéminent que mes abdos se sont dit : « Bon ben bye. On se sépare. Toi tu t’en va d’un bord, moi de l’autre! ».

2 semaines avant d’accoucher

Crédit : Rock Lessard

En résumé, je me sens top shape, mais j’ai la permission de ma physio de marcher et nager. Pis nager on parle d’en p’tit chien dans la piscine. Pas des longueurs pour avoir le sentiment de me remettre en forme là. Ben non! Aussi, j’ai des gros exercices de respiration a faire pour commencer à muscler mes muscles profonds puisque, et je cite ma physio : « On part de loin! » J’ai l’impression de perdre mon temps pis que c’est du gossage. Bon, je les fais quand même pour mettre toutes les chances de mon bord pis essayer d’avoir à faire la plus petite chirurgie reconstructrice possible pis parce qu’on voit une belle amélioration de la diastase (pas de l’esthétisme, je le rappelle).

Je sais que mon ventre de raisin sec est comme ça parce que j’ai créé 2 humains et que c’est le plus bel accomplissement de ma vie. Mais abattre les millions de complexes que j’avais plus jeune en était un vraiment important pour moi aussi. J’ai travaillé vraiment fort pour être bien dans mon corps. Et je l’ai fait avec et grâce à mon chum qui est aujourd’hui mon mari. La première chose qu’il m’a dite quand je lui ai parlé de comment je me sens avec mon ventre c’est : «Tu feras ce que tu veux pour te sentir bien et moi je vais te supporter.» Simple de même. Plein d’acceptation et de compréhension. Que ce soit par la chirurgie ou si par un miracle quelconque je suis capable de rocker mon ventre de dos de chat pas de pouèle, il va être là. Ça restera ma décision, mais se sentir appuyer par les personnes les plus importantes de ma vie, c’est vraiment précieux.

Je veux que ce soit clair : je ne juge ni les personnes qui prennent beaucoup de poids enceinte ni celles qui en prennent peu. Ce que je veux dire, c’est : arrêtez de commenter la prise et/ou perte de poids de quelqu’un. Le chiffre sur la balance, c’est de la marde et ça ne veut rien dire. Ce n’est pas parce que c’est le même qu’avant d’accoucher qu’on a l’air de la même chose et/ou qu’on se sent pareil! L’apprivoisement de son nouveau corps de maman est déjà une étape délicate pour plusieurs femmes. On peut-tu ne pas en remettre s’il vous plaît?!