Mon fils a peut-être juste trois ans (quatre, très bientôt), mais il pose des gestes que bien des adultes ont peine à poser. Comme plusieurs autres enfants de sa génération, il entend parler de recyclage, compostage, zéro déchet et chez moi ne fait pas exception.

Petit Poulet, depuis qu’il est en âge d’aller porter lui-même ses déchets à la poubelle, apprend à différencier ce qui va à la poubelle, à la récupération et au compost. On a commencé, tranquillement, avec ses mouchoirs, qu’il allait déposer à « la poubelle brune ». Puis les rouleaux de papier de toilette « au bac gris ». Et, finalement, les papiers de yogourt, dans la poubelle! (Et ça, c’est quand on n’achète pas en gros pot, afin d’éviter l’emballage individuel!) Maintenant, quand il a terminé de manger et qu’il a le ok de papa ou maman, il va vider ses restes au compost et porter sa vaisselle sur le comptoir. Aussi, s’il mange un Minigo, par exemple, il sait qu’il ne doit pas jeter le pot, mais plutôt le mettre sur le comptoir pour qu’on le rince avant de le mettre à la récupération.

À la maison, nous utilisons aussi le plus possible les sacs réutilisables pour les commissions, j’ai banni les bouteilles d’eau pour les remplacer par des bouteilles réutilisables, nous prenons des pailles réutilisables et j’utilise des bols pour les restes plutôt que de prendre une pellicule plastique. Mon fils est témoin de tout ça, et je suis certaine que, sensible et observateur comme il est, il assimile tout ce qu’il voit.

Nos enfants sont les adultes de demain, et je crois important qu’ils soient conscients des efforts à mettre si on veut avoir un milieu de vie sain. Je me souviens quand, à l’école, on a implanté le système de récupération de papier, à envoyer au recyclage. Avoir le sentiment de faire la différence, et la faire réellement, en fait, était tellement grand! Je me souviens qu’on s’est fait dire que c’était pour préserver le futur. C’était un peu abstrait, au primaire (3e année, il me semble), mais le message est resté ancré et, aujourd’hui, c’est à mon tour d’enseigner à mon fils les bons gestes à poser afin d’assurer, pour lui et les générations futures, un environnement adéquat.