Le Terrible Two : dur, dur d’être un bébé!

Chez nous, on est en plein dedans : le fameux Terrible Two dont toute maman étant passée par là avec son mini te parle. Pourtant, il y a quelques mois, regardant ce p’tit ange toujours si gentil, je me disais que pour nous, ça serait facile, que « c’est pour les autres le Terrible Two! » Eh bien non ma p’tite dame! Sors ta patience et tes skills de prof rangés dans l’armoire depuis 2 ans pis pédale!

Quand sait-on qu’il est temps de faire cavalier seul?

Mon bel amour, déjà une décennie traîne derrière nous et malheureusement j’ai l’impression que nous n’en avons pas une autre devant. Mon amour est encore là, mais je le sens loin, confortable et bougon à quelques occasions. Je me surprends à penser que l’ensemble de notre poulailler sera plus épanoui si nous acceptions de penser à cette éventualité. Pourtant, je sens comme un grand déchirement juste à y penser. Je ne peux pas croire que nos beaux jours étaient comptés. Il m’est difficile de me faire à l’idée de devenir une poule en solo. Je pleure de penser que nous ne nous bercerons pas ensemble au foyer.

Valérie Doran : transformer sa passion en entreprise

Valérie Doran a des études universitaires en ressources humaines et a travaillé plusieurs années dans un bureau du gouvernement au cœur du Vieux-Québec. Elle aimait bien son travail et son horaire 9 h à 17 h. La stabilité de son emploi lui donnait du temps pour créer des bijoux pour elle et les gens de son entourage, d’ailleurs elle en fait depuis l’âge de 10 ans.

Une maman poule naïve…

Je suis naïve. On me le répète souvent et depuis de nombreuses années. J’ai régulièrement l’impression d’avoir été élevée dans un monde de licornes, de princesses et de confettis… je suis bouleversée par de nombreuses choses. L’actualité me surprend constamment, « Ben voyons, je n’aurais jamais pensé à ça! » est ma phrase fétiche.

Mama Mea Culpa

Avoir des enfants, ça apporte tellement d’amour et de bonheur. Ça met de la vie dans la maisonnée. Ça crée un bordel de jouets, mais c’est tellement beau! On ne dort pas beaucoup comme parent, mais la chaleur de notre petit ange apaise tout le manque de sommeil accumulé. Ben oui, bla bla bla, gnagnagnan… On a toutes et tous déjà lu des belles phrases de même quelque part. Mais moi je suis là pour faire mon mea culpa de toutes les vraies choses qui sont des avantages quand tu es parent.

L’Halloween et ses restes de citrouille

Début novembre comporte son lot de trucs fade et parmi eux, nos vieilles citrouilles. Alors voilà quelques petites recettes pour leur donner une deuxième vie. Et comme bien souvent il y a autant de citrouilles décorées que d’enfants dans la maison, sa fait beaucoup de curcubitacés à sauver!

Être blogueuse à temps partiel

Il y a maintenant bientôt un an que je fais partie de la merveilleuse équipe de blogueuses de La Maman Poule. J’étais en congé de maternité de ma deuxième, depuis quelques mois. Je recherchais quelque chose de nouveau, quelque chose de différent à faire. Je voulais m’accomplir, en tant que femme, en tant qu’individu. Mais quoi faire? Aucune idée…

Maman voudrait être malade à ta place!

Mon Coco, on va se le dire, les derniers mois n’ont pas été de tout repos côté santé. Pas que je me plains! Nous sommes choyés moi et ton papa d’avoir un petit bout d’homme en pleine santé et à qui la vie sourit.

Avec ton entrée en garderie l’année passée, on a appris à dealer dans notre quotidien avec différents microbes. Grippe, Gastro, Bronchiolite, Name It, c’était rendu monnaie courante et on les traversait comme des champions, sans trop paniquer.

À quel âge passer l’Halloween?

Je discutais avec l’Homme, il y a quelques jours, et on ne s’entend pas tant sur l’âge idéal, ou plutôt « minimal » pour commencer à passer l’Halloween avec notre petit poulet.

À sa première Halloween, Fiston avait 3 mois. On l’avait déguisé en girafe, pour faire « cute » et parce que c’était sa première Halloween. On (lire : je!) voulait souligner ça. On était allé voir mes parents, mes beaux-parents et mes grands-parents, juste pour « se montrer ».

Bisous, pas bisous : le consentement à 2 ans c’est aussi valide

Je me suis sentie interpellée par la vague de dénonciations d’agressions sexuelles qui inonde les médias en ce moment. Beaucoup d’encre a coulé des journalistes, blogueurs, victimes, agresseurs, personnalités publiques, supporteurs d’un camp ou de l’autre… Je ne savais pas trop où me situer par rapport à tout ça, tout en même temps. Outrée, oui. Surprise, pas tant. Empathique, énormément. Dégoûtée, tellement!