Bonjour, je me présente… Annie, 36 ans et accro aux vêtements pour enfants.

Je vous raconte mon histoire personnelle, qui a débuté il y a environ 5 ans, alors que j’étais enceinte de mon premier enfant. Bien entendu, j’espère trouver du « réconfort » et j’aspire à de la compréhension de votre part. Si on ne se respecte pas entre mères et qu’on ne se serre pas les coudes, à quoi bon?!?

Donc, voilà…  je l’avoue, je suis dépendante à la guenille enfantine. Lorsque mes yeux se posent sur des fringues qui sont tout simplement magnifiques, il arrive que mon cœur s’affole et que je tombe, pour une ixième fois, en amour. J’imagine déjà le parfait agencement que je pourrai créer pour mon enfant et je le vois porter fièrement le tout. Je ne peux me résoudre à abandonner ce précieux dans le magasin ou dans mon panier virtuel si j’ai un réel coup de cœur. Et pourtant… Si vous voyiez la penderie ainsi que la commode de mes enfants, sachez qu’ils ne manquent de rien côté vestimentaire. Au contraire, je dirais plutôt que j’ai une petite poule « fashionista » et un petit poulet assez stylé, merci. Mes enfants sont toujours à la fine pointe de la mode et suivent les tendances. Il faut dire que leur maman est une poule qui adorait courir les magasins de façon hebdomadaire lorsqu’elle passait moins de temps dans son poulailler. Depuis que je suis mère, je peux sincèrement affirmer que j’ai transposé ma folie sur ma progéniture. Pas que je ne porte plus attention à mon propre look actuellement, mais disons que les talons hauts ont été remisés au placard et que la trousse de maquillage s’est pas mal épurée. On peut être confortable et « in » à la fois.

J’ai développé mon amour pour les petits vêtements de façon graduelle, lors de la venue de mon garçon. Au fur et à mesure, je suis devenue une pro pour lui créer un style qui se démarquait de la masse. Cela m’apportait une fierté personnelle et je le trouvais encore plus beau, étant bien consciente que ce ne sont que des artifices. On me complimentait fréquemment sur le résultat de mes efforts et cela me faisait plaisir, en toute humilité. Le temps passa et, je sus ensuite que j’attendais une mini Carrie Bradshaw. Je me dis alors que j’allais devoir être raisonnable et réduire ma consommation de vêtements. Ah, ah, ah!!!! Comme j’étais inconsciente et naïve. Les acquisitions se multiplièrent et, avouons-le, les possibilités sont décuplées pour les petites filles. Robes, jupes, leggings, jambières, tuniques, accessoires à cheveux, etc. SOS!!!!! De quoi être dans de beaux draps et sombrer, encore plus.

Il est vrai que ce petit plaisir n’est pas vital et qu’il constitue un luxe en soi. Cependant, à chacun ses petits péchés mignons. Je peux me le permettre actuellement, donc pourquoi pas… Bien entendu, je pense qu’on peut tenter d’optimiser le tout en courant les soldes et en magasinant intelligemment. Pas besoin d’avoir des morceaux qui sont jumeaux, à un détail près, ou vingt robes de la même taille. Il est également une bonne idée de recycler les vêtements qui ne font plus en les revendant à autrui ou à une friperie. C’est écologique, cela permet de rentabiliser les achats et d’avoir une liquidité pour se renflouer (ah, ah, ah!!!).

Et vous, quel est votre rapport vis-à-vis la consommation de vêtements? Est-ce que cela vous fait également un petit pincement au cœur de devoir ranger certains morceaux qui ne font plus à vos enfants?