J’ai un garçon. Avec un pénis pis toute. Puis, j’ai un bébé dans mon ventre dont le sexe nous est inconnu pour le moment. Pis pour vrai, ça n’a pas d’importance. Pour préparer le premier à l’arrivée du deuxième, je me suis dit que ce serait une bonne idée de lui acheter un bébé. Pour apprendre à être doux, à le manipuler, à changer la couche, à le nourrir, pour jouer avec… Y se trouve que les p’tits gars, ça ne joue pas avec des bébés.

C’est ce que j’ai compris en magasinant ledit bébé. Il y a un choix immense de « modèles » : petits, grands, avec biberon, vêtements, couches, poussette, mous, durs, en plastique, en chiffon, qui pleurent, avec les yeux qui se ferment, etceteraaaaaa. Mais, ils avaient tous un point en commun : ILS SONT ROSES!!! Rose foncé, rose bonbon, rose pâle, rose fluo, rose, rose ,rose!

Je suis la première à ne pas vouloir associer une couleur à un sexe, mais là bâtard c’est n’importe quoi! Bon, je vais commencer par faire le point sur moi : je suis cheap, je n’aime pas magasiner et je ne suis pas patiente (j’ai d’autres belles qualités, ok?!). Alors, j’avoue que je n’ai pas fait 68 magasins pour trouver « le bébé pas rose » et je ne voulais pas le payer 70 $. Je pensais, naïve que je suis, qu’en 2018 il y aurait de la diversité. Aucun bébé bleu ou même neutre et 1 seul bébé à la peau foncée. Wow la diversité!

J’ai pogné une débarque. Ça m’a jeté à terre de voir à quel point les besoins de futur grand frère de mon fils n’étaient pas représentés. Plus que ça, ses besoins de futur papa! Je suis rendue loin, je sais… Mais je l’ai vraiment pris comme si la job de s’occuper d’un enfant était encore taguée « tâche de maman ». T’sais les p’tites filles, ça jouent à la maman. Mais je n’ai jamais entendu quelqu’un dire : « jouer au papa ». C’EST SÛR, Y’ONT RIEN POUR DÉVELOPPER UN SENTIMENT D’APPARTENANCE À CES RÔLES! Y’a une rangée plein de guns pis de trucs de guerre, mais rien pour se préparer à être un grand frère.

Une chose est sure, ton fils sera un frère, un père, un chum, un employé, un patron, peu importe. Mais il aura à prendre soin de son entourage. On doit briser l’idée qui nous est constamment crachée au visage que de prendre soin de quelqu’un c’est féminin. Que c’est la tâche de la femme d’aller aux rendez-vous médicaux, de soigner, de nourrir, de laver, de consoler… C’est la tâche des humains, point. Peu importe ce qu’ils ont entre les jambes. Pis ça commence en offrant des images positives reliées à ces rôles, un sentiment d’appartenance. Ça commence avec un bébé bleu, jaune ou vert!