LA fameuse question que toutes les mamans comme moi ne sommes plus capables d’entendre suivi de ses fameux commentaires.

– pis, est-ce qu’il fait ses nuits?
– il boit encore du lait la nuit?
– tu dois l’avoir trop gâté…
– c’est ça que ça fait le cododo avec les bébés…
– tu le maternes beaucoup trop…

On en entend souvent parler des fameuses nuits de bébé quand on devient maman pour la première fois. S’il ne fait pas ses nuits à 3 mois, c’est que tu l’as sûrement trop gâté, que tu lui as donné des mauvaises habitudes, que le cododo c’est vraiment la pire chose que tu peux lui faire. Bref, après 22 mois, j’en entends encore des pas pires.

Mon petit poulet de 22 mois ne fait pas encore ses nuits. Ben oui, il vient nous rejoindre la nuit et tu sais quoi? Non, je ne vais pas le reporter dans son lit.

T’sais, dans la vie, on m’a toujours dit de choisir mes batailles, eh bien ça s’en est une. J’ai choisi de faire du cododo jusqu’à l’âge de 7 mois avec lui. Autant pour rassurer lui que moi. Moi, ça me permettait de mieux dormir et de ne pas angoisser. Lui, probablement la même chose. OUI, je suis une maman poule affirmée!

Je ne crois pas l’avoir trop gâté. Je lui ai offert ce qui, selon moi, était la meilleure chose à faire pour lui. Les opinions sont tellement partagées de nos jours, qu’aussitôt que tu ne fais pas comme la majorité, tu te fais juger. Eh bien, jugez-moi, ça ne m’atteint pas du tout, car j’ai choisi mes batailles.

Ah! Et puis aussi, il réclame encore son lait la nuit à maintes reprises. Je peux me lever 3-4 fois pour lui en redonner. Parfois, je dois même changer son lit parce qu’il a débordé de sa couche. Ça c’est sans compter que je dois allaiter mon petit poulet de 3 mois. Sauf que lui, il dort très bien (je touche du bois). Mais tu sais quoi? J’ai choisi mes batailles, donc oui je me lève et je vais lui refaire un gobelet de lait chaud pour qu’on puisse finir notre nuit paisiblement.

Tu dois être fatiguée, vas-tu me dire? Oui, mais une fatigue normale à laquelle je me suis rapidement habituée. Je ne m’en passerais plus maintenant, car cette fatigue me permet d’aimer mon bébé la nuit. D’avoir des petits moments à nous collés collés.

Combien de personnes m‘ont parlé de telle ou telle technique, mais non je ne laisserai pas pleurer mes bébés. Ça ne me donnerait pas plus de sommeil de toute façon. Donc, j’ai choisi mes batailles.

Un jour, je retrouverai un vrai sommeil, mais pour le moment, je profite des petits moments parfaitement imparfaits avec lui.

À toutes les mamans qui sont tannées d’entendre le jugement des autres et qui se demandent si leur bébé est normal, même s’il est différent des autres, je vous dis haut et fort : choisissez vos batailles! 💪