Entrevue avec le fondateur du DesBouleaux Fest

Q : Pourquoi et comment as-tu eu l’envie de créer ce festival?
R : Ça faisait un bon moment que l’idée me trottait dans la tête suite à ma visite au Wacken Open Air 2008 en Allemagne, mais c’est vraiment au mois de juillet 2011 que le projet est né lors d’une soirée un peu arrosée avec des amis et quelques « t’es pas game ». Le lendemain je suis allé acheter du bois et des vis pour construire un stage sur le terrain de la maison de mes parents sur la rue des bouleaux à Saint-Augustin (village de Mirabel). Après ça, j’ai écrit à des amis musiciens et des amis humoristes pour savoir s’ils voulaient embarquer. C’est à la troisième édition que nous avons déménagé le site du festival sur le terrain de baseball du parc Jean-Laurin et que nous avons décidé de devenir une référence dans la diffusion de culture alternative au Québec et par le fait même animer la culture à Mirabel.

Q : Combien de personnes attends-tu pour la 7e édition du DesBouleaux Fest cette année?
R : Environ 2 000 personnes sur deux jours.

Q : Comment trouves-tu l’évolution de ton festival au fil des années? Es-tu satisfait?
R : Je trouve ça parfait! On a gardé la même formule depuis le jour 1. On n’a aucunement l’intention de faire de notre festival un Osheaga ou Rockfest 2.0. Pour nous, un festival c’est : convivialité, fraternité et art. Tout simplement.

Q : N’étant pas encore parent, pourquoi est-ce important pour toi que les enfants puissent participer au festival?
R : Je trouve cela important de faire baigner les enfants dans la culture alternative, et ce, dès un jeune âge. Selon moi, les arts y sont pour beaucoup dans le développement humain, même quand c’est du punk!

Q : Qu’avez-vous prévu pour les enfants sur place?
R : Des jeux gonflables, un « spot » à l’ombre, de la bonne musique et un beau festival pour leurs enfants à eux aussi, haha!

Q : Est-ce important pour toi d’avoir des artistes locaux à ton festival?
R : Absolument. Il faut entretenir si on veut être capable de passer le flambeau.

Q : Pourquoi as-tu choisi cet emplacement?
R : Pour dynamiser le « centre-ville » de St-Augustin. La plupart des événements à Mirabel sont au Bois de Belle-Rivière et je crois que c’est important d’avoir des initiatives citoyennes qui animent un village le temps d’un week-end.

Q : Que pouvons-nous te souhaiter pour l’avenir du festival?
R : Du beau temps, des subventions et la paix dans le monde 🙂

db-fest-2