Pour la deuxième année consécutive, mon amoureux et moi partons une semaine en vacances sans notre garçon. Bien que ma culpabilité de #mamanpoule me ronge depuis que les billets d’avion sont achetés, je suis tout aussi excitée à l’idée de découvrir un nouveau pays et une nouvelle culture, mais surtout de redécouvrir mon couple. Cette petite semaine en amoureux est tellement la meilleure chose qui puisse nous arriver!

Nous l’avons vécu l’an dernier et c’était merveilleux. J’avais l’impression de revivre nos premières fréquentations; nous étions comme 2 gamins : on déambulait dans la ville main dans la main, on riait, on avait les meilleures conversations (on parlait souvent de notre fils of course!), on soupait tard et on se couchait au petit matin; on avait le cœur léger et on était bien. On avait peu de plans, on suivait nos envies sans stress. Exit la charge mentale!

Comprenez-moi bien, j’adoooore mon fils plus que tout et j’apprécie profondément tous les moments qu’on passe ensemble. Honnêtement, j’aimerais pouvoir passer encore plus de temps avec lui tous les jours, mais cette petite semaine d’amoureux-là, elle est spéciale et privilégiée. Ce n’est pas un break de notre fils, c’est un focus sur notre couple. Elle nous permet de faire le plein d’énergie, mais surtout de nous retrouver comme mari et femme afin d’être de meilleurs parents le reste de l’année; une vraie équipe soudée et épanouie qui s’aime profondément.

En même temps, une partie de moi aurait tellement envie que notre garçon vienne avec nous; je veux lui faire découvrir notre belle planète, lui offrir une vitrine sur le monde et ses différentes cultures (je suis pleine de contradictions I know!). Malgré tout, on se promet de profiter de notre semaine « juste à deux » et bien sûr, toutes nos conversations tourneront sans doute autour de notre petit poulet, nos valises se rempliront de cadeaux et souvenirs pour lui et nous aurons tellement hâte de le retrouver après une semaine. #VieDeParents

Vous permettez-vous des vacances de couple sans les enfants (et sans culpabilité!)?